Vous êtes ici
Accueil > Quelque part en France > « Moi Diane Fossey de Pierre Tré-Hardy, au Théâtre 14 jusqu’au 24 février 2018

« Moi Diane Fossey de Pierre Tré-Hardy, au Théâtre 14 jusqu’au 24 février 2018

« Moi Diane Fossey de Pierre Tré-Hardy, au Théâtre 14 jusqu’au 24 février 2018

Spectacle extrêmement drôle et émouvant avec la comédienne Stéphanie Lanier, mise en scène Gérard Vantaggioli (P°théâtre du Chien Qui Fume Cie Gérard V)…Pour le pitch, Diane Fossey est une éthologue américaine, spécialisée dans l’étude du comportement des Gorilles…Elle les étudie régulièrement dans les forêts de montagne du Rwanda, et malheureusement elle fut assassinée en 1985…le meurtrier est toujours inconnu à ce jour…Son livre best-seller Gorille dans la brume est une référence pour la presse et le public…

Ce spectacle a été présenté la première fois au Festival d’Avignon et a remporté un franc succès deux années consécutives(2013-2014)….

Dans ce conte fantastique, l’histoire nous mène par le cœur jusqu’au bout de cette nuit africaine…Que s’est-il passé cette nuit là ? Diane était partie pour travailler un mois en Afrique…Elle y est restée 13 ans…Treize années d’émerveillement et de combat..Vivre au cœur de l’Afrique est un combat, aimer et défendre la vie est un combat, tenir debout est un combat, et rires des plus infimes détails est également un combat. Pendant toute la nuit, Diane rit avec nous des bouleversements que l’Afrique provoque en elle, des futilités de son ancien monde « civilisé » de l’accueil qu’elle réserve au touristes perdus dans la brousse, ou de ses jeux infinis avec les Gorilles…Entre rires et combat, entre désillusion et espoir, entre l’amour qu’elle n’a jamais reçu et celui qu’elle a toujours donné, entre la joie et l’émotion…Entre Noël et le jour de l’an, la vie de Diane Fossey bascule..Une dernière nuit émouvante, plaisante et sauvage comme un cri.

Pour finir par quelques mots de la mise en scène, l’auteur Gérard Vantaggioli a voulu Diane qui «dit « je me souviens » Diane resurgit de son agonie, pour nous dire sa force encore, son sentier taillé dans sa vie de brousse, sa fragilité, son combat…Sa dernière nuit peuplée d’ombres vastes, de bruits, de cris familiers, de fureur aussi, la voici couchée à terre, touchée fatalement, la voici debout. La musique de son cœur bat dans ses tempes, c’est l’Afrique au bout de sa respiration. (rés :0145454977-photos LOT-merci à la super attachée de presse Marie-Hélène Brian)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Haut de la page
fr French
X