12801231_1665204543753666_1267071217760974931_n A savoir, le nom et la belle histoire de notre petite vache est née de l’imagination de 5 personnes.

  • Sandrine Klinger ( La marraine )
  • Isabelle Steib
  • Véronique Henry
  • Sandra Long
  • Michel Carsony ( notre Parisiens, seul homme de l’aventure )

Un grand merci et bravo à vous 5.

L’histoire de Meuhster.

Me voici, moi la petite vosgienne de la Vallée ! Ma marraine, Sandrine Klinger, a décidé de me baptiser Meuhster en hommage à notre belle vallée ! Je suis née le jour de l’ouverture du salon de l’agriculture où ça à chauffer pour notre président…..il aurait bien mérité quelques coups de sabots aux fesses celui-là ! Je vais en toucher un mot à ma copine Cerise, qui est la mascotte cette année…

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Et la nuit portant conseil, ma copine Cerise et moi avons décidé que nous avions beaucoup trop de classe pour nous salir les sabots… Cerise, trop occupée par ses nouvelles fonctions, m’a confié une mission de la plus haute importance, celle de vous raconter une histoire qui vous prouvera combien la vie d’une petite vache comme moi et celle de son papa peuvent se faire en parfaite harmonie…

Moi, je suis une petite vache pleine de sagesse et de bonne humeur. Chaque matin, avec mon papa nous attendons Marcel notre fermier, qui va nous donner notre bon foin. Mon papa, je l aime beaucoup, il me réveille la première, et oui! Premier levé, premier servie. Ensuite direction les champs ou je commence mon activité favorite. Regarder les trains qui passent et brouter de l’herbe. Non je rigole, ce que je préfère le plus c’est écouter les personnes qui passent sur le chemin d ‘à côté et qui parlent de toutes ces choses que l’on peut faire dans notre belle Vallée de Munster.

Et moi ce que je voudrais voir le plus c’est notre belle vallée de là-haut. J’aimerais tant pouvoir voler, comme ces oiseaux de toutes les couleurs qui passent au-dessus de ma tête, dès que le soleil pointe le bout de son nez. Oui c’est décidé, je veux voler ….

Papa, papa je veux voler, tu peux me dire comment je dois faire ?
 
Eh ben , ma pauvre Lucette, c’est pas gagné ! Comme tu as pu le remarquer tu n’as pas d’ailes, élément indispensable ! La seule solution c’est d’embarquer dans ces belles montgolfières qui passent dans notre belle vallée ! De là-haut, au rythme du vent tu pourra contempler chaque recoin !
 
Maintenant faut trouver un moyen de te charger dedans !
 
Foi de papa, je vais trouver la solution ! Eurêka, mais bien sûr ! En quelques coups de crayon, papa imagine un harnais qu’il suffira d’attacher sous la nacelle, ainsi notre petite vache pourra voler en toute sécurité… C’est alors que se met en place une formidable solidarité comme peut toujours en compter la Vallée… Les acteurs travailleront d’arrache-pied toute la nuit… Le lendemain matin, tout est fin prêt pour le grand voyage…
 
Ayez….je vole…d une drôle de façon. ….mais je vole. ..Grâce au soutien de tout le monde… Qu’elle est belle ma Vallée, tellement fière ! Je peut voir les personnes souriantes qui font des randonnées à Sondervache, Muhlbvache, Metzervache et aussi toute la Vallée.
Et de loin, j’aperçois la forêt noire, ma chère forêt, ma ferme aussi… Mais avant tout.
Avant de redescendre et quitter mes ailes, le plus important à faire,  monter la haut sur les crêtes et aller dire bonjour à ma sœur Marguerite qui à été donnée à un très gentil aubergiste. Mais ça fait tellement longtemps que je ne l’ai pas vu. Faut que je partage avec elle tout ce que je viens de vivre!!!
Ça lui fera plaisir aussi de me revoir.
 
Et après ça, retour dans mon prés pour continué ma petite vie de vache extraordinaire…vous en connaissez beaucoup des vaches qui volent ?
 
Après ce merveilleux périple aérien, me revoilà les sabots dans la prairie, à brouter la belle herbe bien verte. La panse bien remplie je vais voir papa pour lui dire que j’aimerai encore faire une dernière chose avant la fin de l’été. Je sais très bien que papa ne pourra pas me dire non … saboti, sabotant, me voilà à sa recherche … ah le voilà, il est a l’abreuvoir ! Papa, papa, j’ai encore quelque chose à te demander, peux tu me dire la direction de la Ferme de Marguerite ? Alors, tu passes par, puis tu tournes à droite, et ensuite tu vas … sitôt dit, sitôt parti, je longe la ligne de chemin de fer, ensuite je tourne à droite … comme elle est belle notre vallée …. je marche, je marche dans ce paysage magnifique, je croise des cousins et cousines, je suis bien je marche. Arrivée à la chapelle du Kolben, pouh, une petite pause s’impose. Une petite sieste, un peu d’eau fraîche du ruisseau, de l’herbe verte et c’est reparti pour gravir le fond de vallée de Mittlvache. Plus je monte et plus je vois cette belle vallée s’étaler devant moi comme un magnifique tableau, une œuvre d’art.
 
Au loin, j’entends des cloches … oh mais qui vient courir vers moi, oh mais c’est Marguerite. Marguerite, Marguerite comment vas tu, comme je suis heureuse de te revoir
Oh moi aussi ma Meuhster, mais que fais tu ici ?
J’avais envie de te raconter mon fabuleux voyage de ce matin !
 
Elles étaient installées là, au milieu des chaumes, dans l’atmosphère rougeoyante du soleil couchant, à regarder ce magnifique paysage, le lac, la foret, la montagne, les chamois, les oiseaux, la vallée … tout était si paisible !
– Alors Meuhster, que voulais tu me racontes ….
FIN